(illustration pour Cabriole – tous droits réservés)

… ou pas.
  
Ce WE, et en particulier le samedi où la foule (absente) nous a quand même laissé pas mal de temps pour discuter, mon amie éditrice et moi, nous avons parlé de l’enfance, de l’âge adulte, et de tout ce que nous perdions en passant de l’un à l’autre.

  
Peut-être avez-vous, comme nous, donc, le sentiment d’avoir moins de capacité à vous émerveiller ? D’un rien, je veux dire, une belle journée ensoleillée et sans souci, un lever ou un coucher de soleil, un paysage, une chanson, une phrase ou un poème, le rire d’un enfant, un livre, un papillon qui se pose sur votre bras… C’est le premier point qui nous a frappées.
C’est pourquoi nous encourageons nos enfants à rester « émerveillables » le plus longtemps possible – même si ça fait mieux auprès des copains d’avoir l’air blasé de tout, ça, c’est juste une façade.
Comme je l’ai écrit quelque part aujourd’hui, je vais insérer des liens amis, dont je n’ai pas parlé depuis longtemps, dans ce post. Le premier, pour rire, s’interroger, rêver et s’émerveiller, sera celui de Kerfon le Celte, que vous connaissez, évidemment…
http://www.kerfon-le-celte.net/
  
Second point important, et là c’est chez une autre amie que s’en trouve un parfait écho, je trouve que nous perdons la capacité à dire « non ». Vous avez sans doute remarqué avec quel aplomb de tout petits enfants vous disent « non » (en vous regardant droit dans les yeux) lorsque vous leur demandez des choses qui ne leur plaisent pas. Plus tard, parce que nous leur apprenons qu’ils doivent obéir, ils perdent cet aplomb. Ils apprennent aussi à faire des concessions, deviennent « raisonnables »…
Dans un autre contexte, « savoir dire non » est le titre du dernier post de l’Une, ici : http://auclairdel-une.over-blog.com/article-savoir-dire-non-49387654.html
Comme je l’ai écrit en commentaire chez elle, ça me parle aussi BEAUCOUP… puisque, comme elle, j’ai quitté une voie « standard » (qui ne me satisfaisait plus et dans laquelle j’avais l’impression de me compromettre) pour faire mon chemin dans une profession plus artistique – et aussi, d’une certaine façon, plus « militante ».
  
En conclusion, je ne peux donc que vous inviter à visiter ces deux blogs, et aussi à réfléchir sur l’âme d’enfant que vous avez éventuellement perdue… en partie… ou pas.
Mais si le chemin inverse est impossible, je crois qu’il y a toujours des petits morceaux de cette époque-là à retrouver, enfouis quelque part. Il suffit de retrouver une pelle et un râteau, un petit seau en plastique, aussi, et de creuser…  🙂
  
Belle journée à vous, les amis !

  
************************************************************
EDIT : L’Une a mis ce très beau poème en commentaire,
très juste, vous ne trouvez pas ?
************************************************************

« Etre jeune », de Samuel Ullman

La jeunesse n’est pas une période de la vie,
elle est un état d’esprit, un effet de la volonté,
une qualité de l’imagination, une intensité émotive,
une victoire du courage sur la timidité,
du goût de l’aventure sur l’amour du confort.

On ne devient pas vieux pour avoir
vécu un certain nombre d’années;
on devient vieux parce qu’on a déserté son idéal.
Les années rident la peau ;
renoncer à son idéal ride l’âme.
Les préoccupations, les doutes,
les craintes et les désespoirs
sont les ennemis qui, lentement,
nous font pencher vers la terre
et devenir poussière avant la mort.

Jeune est celui qui s’étonne et s’émerveille.
Il demande, comme l’enfant insatiable Et après ?
Il défie les événements
et trouve la joie au jeu de la vie.

Vous êtes aussi jeune que votre foi.
Aussi vieux que votre doute.
Aussi jeune que votre confiance en vous-même
aussi jeune que votre espoir.
Aussi vieux que votre abattement.

Vous resterez jeune tant que vous serez réceptif.
Réceptif à ce qui est beau, bon et grand.
Réceptif aux messages de la nature,
de l’homme et de l’infini.

Si un jour votre coeur allait être mordu
par le pessimisme et rongé par le cynisme,
puisse Dieu avoir pitié de votre âme de vieillard.
 

14 commentaires

  1. Kerfon le Celte…! Kerfon le Celte… !
    N’est-ce pas l’homme à fables ???
    Bises à toutes…
    KLC

  2. Ils sont encore tous en vacances en ce moment…
    Les blogs sont déserts…
    Vivement l’hiver…
    Bises.
    KLC

  3. Ce sont les parisiens qui sont en vacances, et ça fait beaucoup de monde. 🙂

    As-tu encore deux jardiniers, Séverine ? Je dois passer la commande pour une amie.

  4. Author

    >>Kerfon, bah oui, mais tu sais, les commentaires, ça va, ça vient… :/

    >>Quichottine, oui j’en ai encore un stock, je suis prête à te les envoyer, dédicacés si tu veux ! Tiens-moi au courant, et je t’indiquerai plus tard les frais de port (le Jardinier est plus léger que l’Abeille… 😉 )

    Bises à vous deux, mes amis

  5. Je vais t’envoyer un mail… et tu me diras pour le prix tout compris.

    Tu as un peu de temps, mon amie est absente pour un mois environ. Donc, pas d’urgence. 🙂

    (de toute façon, elle m’a dit de gérer l’envoi, c’est moi qui transmettrai ensuite)

  6. Author

    OK, Quichottine, je regarde ton message demain en fin d’après-midi.
    Après une super coupure de courant prévue toute la journée, qui m’oblige donc à bosser en avance ce soir – en regardant la Nouvelle Star, la honte ! :))))))

    Bisous

  7. Courage pour demain alors, et pour ce soir, au boulot !
    Bisous et bonne soirée.

  8. Comme ce message est juste et touchant…
    J’en suis très émue.
    J’avais écris un long com pour te dire à quel point… et une fausse manip a tout effacé! Arrrgh!
    Du coup, je vais simplement te remercier du fond du coeur pour ces mots tendus vers les autres….et t’envoyer ce poème comme un echo.

    Etre jeune de Samuel Ullman

    La jeunesse n’est pas une période de la vie,
    elle est un état d’esprit, un effet de la volonté,
    une qualité de l’imagination, une intensité émotive,
    une victoire du courage sur la timidité,
    du goût de l’aventure sur l’amour du confort.

    On ne devient pas vieux pour avoir
    vécu un certain nombre d’années;
    on devient vieux parce qu’on a déserté son idéal.
    Les années rident la peau;
    renoncer à son idéal ride l’âme.
    Les préoccupations, les doutes,
    les craintes et les désespoirs
    sont les ennemis qui, lentement,
    nous font pencher vers la terre
    et devenir poussière avant la mort.

    Jeune est celui qui s’étonne et s’émerveille.
    Il demande, comme l’enfant insatiable Et après ?
    Il défie les événements
    et trouve la joie au jeu de la vie.

    Vous êtes aussi jeune que votre foi.
    Aussi vieux que votre doute.
    Aussi jeune que votre confiance en vous-même
    aussi jeune que votre espoir.
    Aussi vieux que votre abattement.

    Vous resterez jeune tant que vous serez réceptif.
    Réceptif à ce qui est beau, bon et grand.
    Réceptif aux messages de la nature,
    de l’homme et de l’infini.

    Si un jour votre coeur allait être mordu
    par le pessimisme et rongé par le cynisme,
    puisse Dieu avoir pitié de votre âme de vieillard.

  9. Author

    Valoo, je mets ce poème en-dessous de mes propres mots, il les dépasse de beaucoup en justesse, et me va droit au coeur et à l’âme ! Merci de le partager ainsi.
    Gros bisous

  10. Quel joli poème et si juste, je l’ai beaucoup apprécié.
    Bises.

  11. C’est un écho, ce poème …

     » aussi jeune que votre espoir  »

    Quant à la capacité à s’émerveiller, autant un enfant se met en merveille devant une découverte, autant un  » moins jeune en années  » sait goûter les joies simples, les bonheurs, petits et grands, à la mesure de ce qu’il a vécu, et de la valeur qu’il reconnaît aux choses …

    Pour  » aussi vieux que votre doute « , je ne sais pas, mais le doute ne me semble pas incompatible avec l’espoir … Tant qu’il y a des passerelles …

    Merci, à toi Séverine, et à l’Une.

    Douce nuit … Bises

  12. Author

    Midolu, j’ai aussi l’espoir que les « moins jeunes en années » sachent, malgré la vie qui les use un peu, rester « jeunes dans leur tête » le plus longtemps possible… Merci de ta visite et d’avoir partagé tes pensées ! Bises

Comments are closed.