Pascal Levaillant, dont un des blogs figure dans mes liens, est « mosaïste, plasticien, musicien, photographe, photographe, agitateur d’idées, randonneur et travailleur social ».
Il est aussi un artiste ouvert (rare) et un homme généreux, puisqu’après seulement quelques rencontres, lors de vernissages et d’expos, il me consacre aujourd’hui un Coup de coeur, dans son Carnet d’impressions
  
Une partie a été écrite par moi (qu’est-ce que c’est compliqué, de se présenter et de présenter son travail !), et l’autre par Pascal, avec des mots à la fois très flatteurs et justes (c’est possible, ça ?^^ en tout cas, un grand merci à toi, Pascal !).
   

  
A voir là :
http://levaillant.pascal.over-blog.com/article-severine-dalla-artiste-peintre-illustration-et-auteur-pour-la-jeunesse-notes-et-carnets-d-impressions—coup-de-coeur-n-3-43693976.html
  
* * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * *
Voici la partie où je me présente. Pour le regard de Pascal, allez directement lire l’article dont l’adresse est ci-dessus.

  
 » Autodidacte, et ingénieur chimiste dans une première vie professionnelle, ce qui n’a réellement rien à voir, je crois que je n’ai été influencée « que » par les oeuvres que j’ai vues ou que l’on m’a fait découvrir – ce qui est finalement très important…
Mais aucun professeur ne m’a dit « l’art, c’est ceci », ni « la meilleure façon de faire, c’est celle-là », j’ai eu la chance de m’en faire ma propre idée.
 
Mes premiers tableaux, en 1992-93, étaient des aquarelles ; je crois que j’ai commencé par le plus difficile… Mais avec un bon livre, beaucoup de papier gâché et des efforts réguliers, l’apprentissage s’est fait doucement. Après des années, j’ai réussi à maîtriser à peu près l’ombre et la lumière dans mes paysages, et aussi le mouvement. Déjà, à l’époque, le fusain et l’encre de Chine se mélangeaient aux couleurs, pour accentuer les contrastes et les contours.
Puis sont venues les huiles, les acryliques, de plus en plus de collages aussi, et puis… un peu tout en même temps (chimiste de formation, ne l’oublions pas) !
 
Et la peinture numérique.
Etrange dénomination pour une technique qui n’est finalement pas très éloignée de la peinture « réelle », puisque le geste est quasiment identique ; la grande différence est que le numérique « n’existe pas » tant qu’on ne l’a pas fait imprimer. Ce numérique, je l’utilise aussi bien pour mes tableaux que pour l’illustration, mon second métier (illustration jeunesse) ; en fait, les deux domaines se nourrissent l’un de l’autre depuis le début…
 
Le plus important pour moi désormais dans les peintures que je réalise est de réussir à donner l’impression que chaque scène recèle de la vie. Des tiges ou des fleurs qui bougent sous le vent, un rayon de soleil qui passe entre les feuilles des arbres pour verdir encore plus l’herbe, l’écume et les reflets sur une mer en mouvement… et, pour les personnages, des visages toujours expressifs et des postures marquées, même pour les « non-humains ». Cela explique peut-être de manière simpliste pourquoi je ne fais pas de natures mortes… »
        
* * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * 
Voilà, les amis !
  

  
Et je rappelle deux lieux où on peut admirer le travail de Pascal Levaillant en général :
http://www.myspace.com/pascalmelodymaker
http://levaillant.pascal.over-blog.com
  
De mon côté, bien que non spécialiste de la mosaïque d’art, j’apprécie réellement la manière dont il l’utilise dans les tableaux ci-dessous.
   
   
           – Louviers –                         – Le baiser –                     – Bled marocain –
  
(Crédits photos : Pascal Levaillant, avec son aimable autorisation, tous droits reservés et reproduction interdite sans l’accord de l’auteur)
  
Trois matériaux et approches différentes pour ces trois oeuvres. 
La facade de la cathédrale de Louviers est en tout en petits carrés réguliers mais avec un jeu de lumières tellement subtil ! On croirait voir la pierre briller au soleil, comme elle devait le faire sur place lorsque, j’imagine, Pascal l’a photographiée.
Le Baiser (d’après un tableau de Raoul Krout) assemble des mosaïques de formes très différentes qui, selon mon point de vue, mettent de la joie dans ces personnages si sérieux par ailleurs (sans doute un premier baiser, ils sont intimidés !).
Le dernier tableau, le Bled marocain, est parfaitement dans l’esprit du sujet qu’il représente, minimaliste et lumineux ; je ne me lasse pas de le regarder.
  
Je vous invite à en faire de même, sur son Over-blog par exemple, qui comporte des liens vers ses albums d’oeuvres numérotées (et aussi des photos, et plein de carnets de route…)
  
Bonne lecture, bonne visite chez Pascal, et bonne journée à tous !
  
  
  

8 commentaires

  1. Du talent, de la patience, de la créativité, bravo les artistes !
    Bises.

  2. Author

    Tu as raison, il faut être patients… pour la création mais aussi pour un minimum de notoriété – fait l’avouer, on la recherche quand même un peu… ^^
    Gros bisous

  3. Je viens de faire une merveilleuse visite chez Pascal.
    N’est pas Levaillant qui veut.
    Bravo l’Artiste.

    KLC

  4. Author

    En effet, Kerfon, il n’y a que de belles images chez lui, que ce soient ses mosaïques ou ses photos du pays normand.
    Un bon moment à passer sur son site !
    Bonne journée

  5. Bravo à tous les 2!
    C’est vrai que les paysages que tu as fait et qu’il présente sur son blog me touchent particulièrement aussi…
    Ca fait du bien de beau matin!
    Des bisous!

  6. Author

    Eh bien c’est très gentil à toi.
    Il y a de la lecture, en ce moment, j’espère que ce n’est pas trop fastidieux !?…
    Bisous et belle journée !!!

  7. j’y vais de ce pas séverine
    merci à vous 2 les artistes,grâce à vous je peux m’évader et rêver
    belle journée séverine

  8. Author

    Bonne évasion à toi, ma Pat, c’est vrai que c’est beau, chez Pascal ! Je te souhaite une belle journée également, et t’embrasse.

Comments are closed.