Elles me sont apparues sur le Blog de L’une (voir mon article « Des contes !… » juste un peu plus bas), et je ne peux m’empêcher de vous les relayer.
N’est-ce pas que c’est le genre de bon sens dont on a besoin, de temps en temps ?…
     
  
Le jour où je me suis aimé pour de vrai
  

Le jour où je me suis aimé pour de vrai, j’ai compris
qu’en toutes circonstances, j’étais à la bonne place, au bon moment.
Et, alors, j’ai pu me relaxer.
Aujourd’hui, je sais que ça s’appelle…
Estime de soi.
  

Le jour où je me suis aimé pour de vrai, j’ai pu percevoir
que mon anxiété et ma souffrance émotionnelle
n’étaient rien d’autre qu’un signal quand je vais contre mes convictions.
Aujourd’hui, je sais que ça s’appelle…
Authenticité.
  

Le jour où je me suis aimé pour de vrai, j’ai cessé de vouloir
une vie différente et j’ai commencé à voir que tout ce qui m’arrive
contribue à ma croissance personnelle.
Aujourd’hui, je sais que ça s’appelle…
Maturité.

  
Le jour où je me suis aimé pour de vrai, j’ai commencé à percevoir
l’abus dans le fait de forcer une situation, ou une personne,
dans le seul but d’obtenir ce que je veux,
sachant très bien que ni la personne ni moi-même ne sommes prêts
et que ce n’est pas le moment.
Aujourd’hui, je sais que ça s’appelle…
Respect.

  
Le jour où je me suis aimé pour de vrai, j’ai commencé à me libérer
de tout ce qui ne m’était pas salutaire… Personnes, situations,
tout ce qui baissait mon énergie.
Au début, ma raison appelait ça de l’égoïsme.
Aujourd’hui, je sais que ça s’appelle…
Amour Propre.
  

Le jour où je me suis aimé pour de vrai, j’ai cessé d’avoir peur
du temps libre et j’ai arrêté de faire de grands plans,
j’ai abandonné les méga-projets du futur.
Aujourd’hui, je fais ce qui est correct, ce que j’aime,
quand ça me plaît et à mon rythme.
Aujourd’hui, je sais que ça s’appelle…
Simplicité.
  

Le jour où je me suis aimé pour de vrai, j’ai cessé de chercher
à toujours avoir raison, et me suis rendu compte
de toutes les fois où je me suis trompé.
Aujourd’hui, j’ai découvert…
L’humilité.
  

Le jour où je me suis aimé pour de vrai, j’ai cessé de revivre
le passé et de me préoccuper de l’avenir.
Aujourd’hui, je vis une seule journée à la fois.
Et ça s’appelle…
Plénitude.
  

Le jour où je me suis aimé pour de vrai, j’ai compris
que ma tête pouvait me tromper et me décevoir.
Mais si je la mets au service de mon cœur,
elle devient une alliée très précieuse.
Tout ceci est…
Savoir vivre.
  

Charles Chaplin
  
  

16 commentaires

  1. Il faudrait afficher cela partout !
    J’ai toujours dit que l’on ne pouvait pas aimer les autres si on ne s’aimait pas soi-même, je pense que cela va dans le même sens ?
    Je trouve que ses grands films sont des chefs-d’oeuvre et je me « régale » en les regardant (et je pleure aussi, je suis bon public!).
    Bises, bon ouiquande.

  2. bonjour séverine
    ce texte est tout simplement superbe
    je l’avais déjà lu et je suis d’accord avec françoise,il devrait être afficher partout.
    Je t’embrasse
    PAT

  3. Author

    >>Môman, oui tu as raison sur les deux points, la nécessité de l’estime de soi et l’idée que la diffusion de ce texte serait une excellente chose !… Quant à ses films, ils ont bien évidemment vieilli, mais quelles merveilles !!!
    Gros bisous

    >>Pat, bonjour ! Excuse-moi de ne pas encore avoir donné de nouvelles, les journées sont bien trop courtes en ce moment, mais elles ne vont pas tarder à redevenir normales, j’es suis sûre. J’espère que tu n’es pas trop bloquée par les intempéries, et te souhaite un bon week-end ! Grosses bises à toi

  4. Ravie de lire Charlot chez toi!
    Je vois qu’il fait des émules partout où il passe!!!
    Tant mieux!
    PS: ca y est, on a plein de neige aussi… keskecébôôô!!!!
    Bisous!

  5. Author

    Eh oui, comme tu voulais bien que je le relaie, le voici, ce bel article !!!
    La neige, mmmh, nous ça fait un peu trop longtemps, alors keskecébô, mais aussi keskecéchiant, à force !!! 😀 En plus, le blizzard s’est levé, ça vole et fait des congères de partout !!!!!!!!
    Bon week end et bisous !

  6. Ce beau texte est plein de vérité !

    Je vois que les conditions météo ne s’arrangent vraiment pas chez toi .
    Ici, il fait très froid et il neige un peu.Quel hiver et il n’est pas terminé !

    bisous et bon dimanche

    cat

  7. Author

    En effet, non seulement on a vraiment été en première ligne pour la neige, mais en plus elle tombe, retombe, re-retombe… et entre deux, ça ne dégèle pas ! En plus, on a eu 24 heures de vent, qui a tout rebalayé sur les routes…
    Heureusement, aujourd’hui, on n’a pas particulièrement à sortir… juste, peut-être, pour aller acheter une galette.
    Bon dimanche et grosses bises à toi

  8. Sans vous en demander l’expresse permission, sachant qu’elle me serait volontiers accordée,:-)) j’ai fait passer ce texte, superbe et que je n’avais jamais lu ( Charlot ! ) à mes amis du  » réel « .

    A vrai dire, je crois qu’ils sont rares, ceux qui peuvent arriver à intégrer toutes les paroles de la si belle chanson ;o)… mais nous pouvons toujours nous excercer aux vocalises…
    Merci Séverine.
    et gros bisouX

  9. Author

    Vous avez bien fait, Monique, c’est à distribuer autour de soi et à lire et relire sans modération, même si, en effet, c’est très dur de suivre toutes ces paroles à la lettre…
    Sans doute le « jour où il s’est aimé pour de vrai » a-t-il été assez tard dans sa vie, il faut en avoir passé, du temps à réfléchir sur soi et expérimenter des choses, avant d’arriver à ce niveau-là.
    Bisous à vous, encore enneigés et gelés !

  10. TOUT comme MONIQUE « RER » je ne pense pas que tu refusera que je mette ce texte sur mes deux blogs avec un lien vers celui ci !
    comme j’ao bien fait de passer , j’aurai raté ce grand moment , ce grand texte ! MERCI à toi de me l’avoir fait découvrir !
    gros bisousssssssss
    tite marie

  11. http://samba33.over-blog.fr/ j’ai oublié le lien vers mon nouveau blog ! même si je n’ai toujours pas de pc : mon fils rentre de vacances et il va reprendre le sien : faut vraiment que j’aille en acheter un 😉
    re bisou
    tite marie

  12. Author

    Sans problème, Tite Marie ! Ca mérite d’être diffusé, ça !
    Et je note bien ton nouveau blog, je le mettrai en lien à la place du premier.
    Gros gros bisous !

  13. COUCOU SEV , je te remercie , d’autre part : j’ai conservé le
    1 er blog ( krystal00351 ) que je prefere au second : le second pour lequel je t’ai mis hier le lien , n’est destiné qu’au cinéma et à la musique :

    je te fait un énorme bisou fraichement Bordelais;-)
    tite marie

  14. Author

    Ouuuuuh, honte sur moi, je pensais que tu l’avais remplacé, ou du moins que tu allais migrer doucement vers ce nouveau blog… J’ai remis l’autre, du coup ! (que je préfère aussi)

    ALors, comme ça il a fait un peu froid à Bordeaux !? Il paraît même qu’il y avait des saleuses dans le centre-ville… Aux alentours, dans le vignoble, oui, j’imagine bien que ça a dû cailler. Vivement l’été, hein ! :)))
    Gros bisous

  15. Bravo pour ce texte parfait, qui résume tout ce que je lis actuellement. Nous avons revisionné les films de Charlot cet hiver, pendant les fêtes, avec les enfants, qui découvraient… et qui en parlent encore !
    bises

  16. Author

    Je veux bien te croire ! Je ne vais sûrement pas tarder à leur en faire découvrir quelques uns aussi…
    Et en voyant Charlot, on oublie souvent qui il y avait derrière.
    Bises à toi et à toute la famille

Comments are closed.