Et voilà, les amis, il est terminé.
Je vous parle vite fait du dernier chapitre et je vous le montre. Interdit d’aller tout de suite en bas du post, vous lisez d’abord !!! ^^
  
Etape number six : le vernissage
  
Eh oui, ce qu’on appelle aujourd’hui le « vernissage » d’une exposition est un héritage d’une pratique passée qui consistait à réellement vernir les tableaux lorsqu’ils étaient prêts à être exposés. Ca se faisait en direct-live et en public, même, et j’imagine qu’on buvait un coup en même temps, tout ça.
Il n’en reste aujourd’hui que la dernière partie puisque lorsque les visiteurs et invités arrivent, généralement les tableaux sont prêts et ils vont directement se servir au bar avant d’écouter les discours.

  
Mais ne nous égarons pas.
J’ai cherché en vain un vernis en bombe qui convenait à l’acrylique et au pastel gras, et je le voulais également satiné (pou éviter l’effet « laque » brillante…) ; pas trouvé, ça doit être le mouton à cinq pattes.
Du coup j’ai pris un vernis en flacon brillant, eh oui, en me disant que je mettrai le minimum d’épaisseur avec mon pinceau magique (plus c’est épais et plus ça brille en général). Eh bien… PLUS JAMAIS ! Les solvants du vernis ont super bien dilué mon pastel gras (pourquoi n’y avais-je pas pensé ???), et ça a été un travail très délicat en fin de compte, pour éviter de faire des saletés de noir sur mes teintes claires ! 
  
Bon, en exagérant un peu, je vous montre quand même l’effet d’un vernis : ça intensifie les couleurs et les contrastes, en allant en quelque sorte « chercher la couleur en profondeur ».
La plupart des peintures, et en particulier les acryliques mates, sont chargées en pigments de remplissage (on dit des « charges », d’ailleurs) en plus de ceux qui donnent la couleur, et ceci à des doses assez importantes, d’où un aspect un peu voilé en surface (ces charges remontent un peu).
En vernissant, on impregne cette pellicule de surface avec une résine, donc l’effet voilé disparaît et on  a à peu près cet effet-là (vous imaginez, hein) :
  

  
Mais assez de bla-bla, je vous dévoile maintenant le résultat final, qui visiblement plaisait bien à mon amie :
  
  

  
Et voilà !
Je rappelle le format :  150 x 50 cm,
et la technique : acryliques et pastels gras sur toile
  
  
Belle journée à tous…
  
  
  

6 commentaires

  1. Il est magnifique, ces couleurs vives, cette perspective…..SUPERBE
    J’aime beaucoup.
    Bisous
    Cat

  2. Je comprends désormais l’utilité des vernis sages…!

    Bonne journée…

    Bon ! je retourne au vide-greniers…

    KLC

  3. Super joli…Je crois savoir que tu vas te replonger bientôt dans le rouge, c’est une couleur qui va te sortir par les yeux !
    Bises.

  4. Author

    Hello ! Merci du compliment, j’en suis assez contente, je l’avoue !!! 🙂
    Il n’y a jamais trop de rouge… figure-toi qu’il n’y a pas si longtemps, quelqu’un me disait « oui, non, j’aime bien, mais je n’achèterais pas vos tableaux : il y a trop de vert… et ça n’irait pas chez moi où il y a un canapé rouge foncé !!! »…

    Bisous

  5. Bonjour!
    je découvre ce site à l’instant, et regrette de ne pas l’avoir connu plus tôt : j’a-do-re !!! (merci à l’ami Kerfon de m’avoir permis cette « trouvaille » ! lol). concernant le problème de vernis mat, j’ai à la maison un produit en aérosol que tu connais peut-être (?) et qui pourrait (peut-être, encore ?) te rendre service ?… il s’agit d’un produit 3M nommé « Fixatif de protection », que j’avais acheté il y a quelques années maintenant et qui m’a rendu le service que j’en attendais à savoir matifier des photos brillantes… je pense que ça doit toujours exister?…

    Bravo encore !
    amicalement du Morbihan, Chimène

  6. Author

    Merci à toi, Chimène !!! Et pour le compliment, et pour le tuyau ; là où je me fournis, il n’y a pas de produits 3M, mais je vais me renseigner dans ce sens. C’est très sympa d’avoir partagé ça.
    Bon week-end
    (et le Morbihan est ma deuxième patrie !!!^^)

Comments are closed.