« Hardpic », le hérisson…
  

 

 

« Hardpic », le hérisson, est tombé amoureux
D’une fleur de chardon perchée sous le ciel bleu.
Il est déterminé à lui conter fleurette,
Pour peu que cette aimée daigne courber la tête.
 

  
L’insectivore attend, roulé contre la tige
Assuré que le vent comblera son vertige,
Mais ce souffle est absent et c’est le vrai dilemme :
Le maudit facteur temps émousse les je t’aime.
  

  
L’automne s’annonçant, la fleur paraît fourbue,
Elle a pris du penchant, sa tête ne tient plus,
Elle touche la mousse d’un sol encor soyeux,
Mais ses piquants s’émoussent simplement d’être vieux.
  

« Hardpic », le hérisson, a attendu en vain,
C’est la fin de saison et son espoir s’éteint,
L’an prochain c’est certain, s’il retient la leçon,
Il aura le béguin pour d’autres aiguillons…
   
     
KERFON LE CELTE
  

  

* * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * *
Poème inédit !  Mais il y a plein d’autres merveilles dans “PANNE DES SENS” :
    

    
et sinon, tout, et bien plus encore, est sur le site de Kerfon le Celte :
http://www.kerfon-le-celte.net.
    
* * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * *

11 commentaires

  1. Elle est à la sauce piquante l’affaire d’aujourd’hui…
    Bon ouikande Séverine.

    KLC

  2. Adorable !
    Ah la triste mélancolie des amours …et là on a le choix :
    – interdites
    – platoniques
    – incompatibles
    – impossibles
    – folles
    – tardives
    – socratiques…

    Vous ne dépareriez pas, mes chers, le bestiaire de l’Ami henri, un peu plus optimiste, lui…

     » Une abeille un jour de printemps
    Voletait, voletait gaiement
    Sur la rose bruyère en fleur
    Dont si douce est l’odeur

    Au pied de la bruyère en fleur
    Une pauvre chenille en pleur
    Regardait voler dans le ciel
    La petite et son miel

    Et la pauvre chenille en sanglots
    Lui disait « Je vous aime »
    Mais l’abeille là-haut, tout là-haut
    N’entendait pas un mot

    Cependant que les jours passaient
    La chenille toujours pleurait
    Et l’abeille volait gaiement
    Dans le ciel du printemps

    Après avoir pleuré jusqu’à la nuit
    Notre chenille s’endormit
    Mais le soleil de ses rayons
    Vint éveiller un papillon

    Et sur une bruyère en fleur
    Notre abeille a donné son coeur
    Tandis que chantaient les grillons,
    Au petit papillon

    Ma petite histoire est finie
    Elle montre que dans la vie
    Quand on est guidé par l’amour,
    On triomphe toujours  »

    Na !
    Bon week-end, et bises secouées par le vent

  3. Author

    Aaaah, quelle belle histoire !!! Ca alors, ce thème en a inspiré beaucoup… mais combien ont fait aussi bien que notre kerfon ?^^
    Bises venteuses également, Monique !

  4. je viens de passer chez kerfon et je trouve ça superbe.
    franchement,vous formez un joli duo
    bisous

  5. Author

    Merci Pat, et en plus, en ce moment, je suis en plein dans des histoires de z’hérissons… Ca tombait plutôt bien ! ^^
    Bisous et bon dimanche

  6. un petit coucou en passant dans ton bel univers séverine
    de gros bisous

  7. Author

    Coucou Pat, ça me fait plaisir de te lire.
    Aujourd’hui, mon univers sera rouge : le tebleau aux coquelicots est fini et je suis sur les photos et l’article…
    Gros bisous et bonne journée

Comments are closed.