Et ça ne concerne pas les piètres performances de certaines équipes nationales que je ne citerai pas, non non, d’ailleurs vous voyez, le ballon est rond, pas ovale !!! 😉
  
Juste un petit croquis que j’avais envie de montrer sur une nouvelle petite histoire illustrée (texte de Pauline Bréhat), avec un pauvre Hugo qu’on oblige à pratiquer un sport qui ne l’intéresse pas du tout et pour lequel, du coup, il n’est absolument pas doué… – c’est pas comme le mien, qui commence à avoir des crampons qui poussent sous les pieds et ne pense qu’à ça.
  
Et bientôt, promis, je me mets sur les dessins d’un très beau poème de Kerfon, et on vous montrera ça !
Bonne journée à toutes et tous.
  
  

14 commentaires

  1. Mais à quoi jouent-ils donc ?

    Hockey sur gazon
    pelote basque
    saute mouton
    base-ball ? ;o)

    Quoiqu’il en soit les petits sots ricaneurs seront punis , un beau jour ou peut-être une nuit…

    chez nous c’était natation, danse classique- moderne, acrobatique ou non, équitation…
    au rayon petits enfants c’est foot ^^ tennis, musique : autre temps autre moeurs ^^

    Bioux dous

  2. Author

    Ils sont censés faire du foot, mais celui-ci a dû mettre le pied sur la balle et rouler avec elle – et figurez-vous que ça arrive même aux meilleurs !…
    Les temps changent, mais il y a bien quelque chose qui ne change pas : le fichu réflexe de rigoler quand quelqu’un se casse la binette de vant vous !!! Ah, les gosses !!!
    Plein de bisous aussi à vous et belle journée malgré la pluie

  3. Quand j’étais gamine,on devait aller à la piscine et j’avais une frousse terrible de l’eau depuis qu’un moniteur très intelligent m’avait poussé dans le grand bain et quand il fallait aller à la piscine,c’était l’horreur pour moi.
    Alors subir les moqueries de mes ptits camarades en plus n’arrangeaient rien du tout.
    Je m’en souviens encore comme si c’était hier.
    Bisous Séverine

  4. Author

    Pareil, Pat, c’est fou comme les maîtres-nageurs sont psychologues ! 🙁
    J’ai dû plonger dans la partie la plus profonde du grand bassin, une fois, et du plongeoir placé au plus haut alors que je ne savais pas nager… j’ai survécu mais ai beaucoup pleuré, certains ont bien rigolé, et quand j’y pense, j’ai l’odeur javellisée de la piscine qui me revient au visage.
    Là, l’histoire se finit bien, le petit garçon connaît une mésaventure mais celle-ci lui permet de s’expliquer avec ses parents et de pratiquer ensuite une activité qui lui convient mieux…
    Il y a des leçons qu’on n’oublie pas – ou qu’on ne devrait pas oublier une fois qu’on est devenu adultes.
    Plein de bisous à toi

  5. Oh oui…!

    Allons à la piscine, je porte toujourS ma bouée sur moi ( en Bretagne « ma bouée Béniguet »…).

    HIHIHIHIHIHIH…

    KLC

  6. Author

    !!!

    Attention à ne pas en abuser !

    (j’aimerais bien te voir barboter dans une piscine d’eau javellisée, tiens)

  7. un passage rapide pour te saluer et aussi essayer de ne pas rater trop de pages , j’ai du retard ;D
    gros bisousssss
    tite marie

  8. Author

    Gros bisous à toi, tite Marie…

    Et hop, elle est déjà partie !!!… 😀

  9. Quelle bosseuse cette Tite Marie…

    De plus, c’est un vrai courant d’air pur…

    KLC

  10. Author

    Oui, incroyable, et personne ne peut la suivre !…
    Un peu comme une fée.

  11. Bonsoir, beaucoup de lecture ce soir ! le coup de la piscine, j’y ai eu droit en 1962, comme quoi la psychologie du maître-nageur n’a pas beaucoup évolué…
    C’est pas beau de se moquer mais c’est plus un rire réflexe que méchant, de là à ce que le gamin le comprenne, il faudra qu’il grandisse un peu !
    Bonne soirée à tous.

  12. Author

    >>Maman, oui, certaines choses ne changent pas !!! Et tu as raison, concernant le fameux rire « réflexe »… pas méchant pour deux sous, mais quand on a les fesses par terre, on ne le ressent pas comme ça ! 😉

    >>Monique, merci beaucoup… Toute mon affection également en retour

Comments are closed.